Image Coronavirus

COVID-19 et Associations Villageoises d’Epargne et de Crédit : comment ces groupes virtuels soutiennent l’épargne et les communautés

Portail FinDev est partenaire de la conférence annuelle SEEP organisée par le réseau SEEP, qui s’est déroulé du 26 au 30 octobre 2020. Women for Women International a présenté une session intitulée “la force et la promesse des Associations Villageoises d’Epargne et de Crédit des femmes dans les contextes fragiles” le jeudi 29 octobre 2020.

Chaque jour, des femmes travaillent ensemble pour acquérir des compétences professionnelles concrètes, apprendre à diriger une entreprise et économiser de l’argent grâce au programme Stronger Women, Stronger Nations de Women for Women International. Malgré cela, elles sont confrontées à de multiples obstacles : les confinements liés au COVID-19, la pauvreté et l’inégalité entre les sexes. De nombreuses études ont montré que les conséquences sévères de la pandémie sont aggravées pour les femmes qui sont déjà confrontées à la pauvreté, à l’insécurité alimentaire et à l’instabilité des conflits politiques.

Les Associations Villageoises d’Epargne et de Crédit (AVEC) pour accéder à l’indépendance financière
Les Associations Villageoises d’Epargne et de Crédit (AVEC) constituent une des méthodes utilisées pour atténuer ces effets cumulés. Au sein de ces groupes dirigés par des femmes, les participantes s’entraident pour économiser des revenus, recevoir des prêts, subvenir à leurs besoins quotidiens et devenir des entrepreneures dans leur communauté. Les membres des AVEC nous ont confié des histoires de courage et de succès, de femmes qui ont développé leurs entreprises, établi des partenariats et constitué leur épargne.

Dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) et dans le Nigéria rural, de nombreuses femmes sont incapables d’ouvrir un compte bancaire dans une institution formelle en raison des frais, de la distance ou encore du temps qu’il leur faudrait pour se rendre à la banque. Sans cette ressource financière, les obstacles à la création d’une entreprise, au maintien du ménage et à la sortie de la pauvreté sont exacerbés. Une AVEC offre une partie de la stabilité qu’un compte bancaire formel apporte : grâce au programme, les participantes peuvent acquérir des compétences en matière d’épargne, de financement et de gestion des prêts.

Une AVEC offre une partie de la stabilité qu’un compte bancaire formel apporte : grâce au programme, les participantes peuvent acquérir des compétences en matière d’épargne, de financement et de gestion des prêts.

Les membres d’une AVEC se réunissent régulièrement et contribuent avec une petite somme d’argent, petit à petit. Pendant toute cette période, appelée cycle AVEC, les participantes de l’AVEC peuvent contracter de petits prêts au groupe qui sont remboursés avec intérêts. Au fur et à mesure que les membres contractent des prêts et les remboursent, le pot d’argent augmente pour une utilisation future. Une fois le cycle terminé, l’argent est remboursé aux membres du groupe en fonction du montant qu’elles épargnent. Les femmes utilisent ces prêts pour développer leurs entreprises et payer les frais de scolarité, la nourriture ou d’autres dépenses du ménage. Dans ces groupes, les participantes de Women for Women International apprennent à tenir des registres, apprennent de leurs collègues entrepreneures et développent leur indépendance financière.

Des solutions digitales pour atténuer l’impact du COVID-19
La pandémie de COVID-19 a ajouté une pression supplémentaire sur les ménages des participantes. Selon des enquêtes menées par nos bureaux au Nigeria, les femmes sont confrontées à des niveaux plus élevés de chômage, de perte de revenu et de stress émotionnel au sein du ménage. En raison de la perte de revenus, les familles font face à une plus grande insécurité alimentaire, peuvent perdre un accès déjà limité aux soins médicaux et faire face à d’autres dépenses importantes telles que les frais de scolarité. Bien que de nombreux programmes de Women for Women International aient été suspendus pendant la pandémie, certains services, y compris les AVEC, se sont poursuivis via les téléphones portables et les applications mobiles.

Au Rwanda, les bureaux de Women for Women International ont évolué vers un modèle virtuel par le biais de l’application AVEC de DreamStart Labs. L’application permet aux participantes d’économiser de l’argent, de suivre les échanges et de communiquer virtuellement entre les membres. Elle permet également aux membres ayant un niveau d’alphabétisation faible de communiquer et d’être en mesure de participer à l’AVEC grâce à des icônes faciles à naviguer.

Après avoir terminé un projet pilote, où 6 groupes de femmes ont testé l’application, le programme a été élargi pour inclure 54 groupes. En 2021, l’équipe numérisera 240 groupes supplémentaires.

Grâce à l’aide du fonds de secours COVID-19 du fonds d’adaptation d’Instiglio, le bureau de Women for Women International Rwanda a pu fournir des téléphones portables aux participantes pour poursuivre et élargir l’accès aux AVEC et démarrer un projet pilote qui a permis aux participantes d’obtenir une couverture d’assurance maladie. Clemence Bideri, la responsable de l’autonomisation économique de Women for Women International Rwanda, a déclaré que les fonds de ces AVEC ont aidé les femmes à améliorer la diversité alimentaire de leur foyer, l’épargne et le soutien social pendant la pandémie. Des conversations via WhatsApp entre ces groupes ont permis aux femmes de discuter des défis auxquels elles ont été confrontées pendant le confinement et d’obtenir un soutien en ces temps compliqués.

En RDC, les AVEC ont été un outil essentiel pour lutter contre la hausse des obstacles économiques et sociaux auxquels les femmes sont confrontées pendant la pandémie. Aloys Mateba, directeur principal du programme de Women for Women International en RDC, a déclaré que la pandémie avait eu un impact sur les femmes dans tous les aspects de la vie : épargne, revenu, ménage et bien-être personnel. Malgré ces défis, les programmes virtuels pour femmes et les groupes d’épargne ont ouvert la voie vers un soutien émotionnel et les AVEC ont fourni des fonds vitaux.

Lorsque la pandémie a frappé en mars et que les mesures de confiment ont été imposées, de nombreuses femmes ont perdu leur entreprise et leurs sources de revenus, ce qui a eu eu un impact sur le bien-être de leur famille, sur la sécurité alimentaire et la scolarisation. Les AVEC ont permis aux femmes de nouer de nouveaux contacts, des partenariats et d’élargir leurs réseaux malgré le fardeau intense de la pandémie de COVID-19.

Bien que les défis existent toujours, ces AVEC, rendues plus accessibles grâce aux téléphones portables, sont un outil pour armer les femmes contre les défis de l’insécurité alimentaire, de la gestion d’entreprise et du maintien à flot en période de confinement.

Ces solutions numériques ont certes vu le jour pour répondre aux besoins de la pandémie et du confinement, mais elles permettent aux femmes d’accéder à l’inclusion financière et numérique en général. Grâce à des sources de financement spécialisées telles que le fonds de secours COVID-19 au Nigeria, les femmes peuvent accéder à des téléphones portables et gérer leur argent dans des groupes d’épargne virtuels. Les liens que les femmes créent grâce à ces applications virtuelles leur permettent d’obtenir un soutien social pendant l’isolement et l’incertitude apportés par la pandémie. Bien que les défis existent toujours, ces AVEC, rendues plus accessibles grâce aux téléphones portables, sont un outil pour armer les femmes contre les défis de l’insécurité alimentaire, de la gestion d’entreprise et du maintien à flot en période de confinement.

source: CGAP

Posted in Actualités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *