Projet INCLUSIF

Le projet INCLUSIF, cofinancé par le FIDA, Royaume du Danemark, et le Canada met à l’échelle les acquis du Programme de microfinance rurale (PMR) financé par le FIDA et du Programme d’appui à la croissance économique et promotion de l’emploi stimulées par le secteur privé (PACEPEP) sur financement du Danemark. Il a pour vision de promouvoir une transformation durable des filières agricoles en améliorant l’inclusion financière et le partenariat économique entre acteurs depuis les groupes démunis, y compris les femmes et les jeunes, et leurs organisations, jusqu’aux petites et moyennes entreprises agricoles et agro-alimentaires.

Le projet INCLUSIF s’inscrit dans l’axe 2 de la note stratégique du FIDA pour le Mali qui vise à améliorer l’inclusion financière rurale en appuyant l’accès des petits producteurs et micro-entrepreneurs à des services financiers adaptés à leurs besoins pour démarrer ou développer leurs activités économiques.

Il s’inscrit également dans le programme du secteur privé 2019–2022 de la coopération Mali-Danemark qui a pour objectif « de promouvoir la croissance économique inclusive et la création d’emplois et de favoriser l’insertion des jeunes et des femmes dans la vie économique ». Il correspond au premier des trois engagements de développement du programme qui vise la « finance inclusive et la facilitation de chaînes de valeur agricoles » Il est en ligne avec la note de cadrage récemment formulé pour la mise en mise œuvre du programme.

Zone d’intervention et groupe-cible.
Le Projet INCLUSIF adoptera deux logiques de ciblage géographique : la première dans la composante A pour la mise à l’échelle des acquis du PMR dès la première année dans ses 5 régions d’intervention actuelle (Koulikoro, Sikasso, Kayes, Ségou et Mopti) ; et la seconde dans la composante B pour la promotion des partenariats au sein des filières. Elles feront l’objet d’un phasage passant par une opération-pilote de 12 mois permettant de tester sur 2 régions (Koulikoro et Sikasso) l’approche et les instruments financiers, avant l’extension sur les 3 autres régions.
INCLUSIF touchera 440 000 bénéficiaires directs issus des groupes démunis, des exploitations familiales rurales, des organisations professionnelles (coopératives, unions, fédérations) et des entreprises du secteur privé agricole.

L’approche sera favorable aux femmes et aux jeunes (18 à 40 ans) qui représenteront respectivement au moins 50% de l’effectif touché.
Les bénéficiaires indirects du projet INCLUSIF sont : les structures d’encadrement du secteur de la microfinance (CCS/SFD, CPA/SFD et APSFD-Mali) et les Systèmes Financiers Décentralisés partenaires.
Objectif de développement et impact.

L’objectif de développement du projet est d’accroître l’inclusion financière des petits producteurs et des PME agro-alimentaires au Mali. Deux effets sont attendus : (i) des services et produits financiers diversifiés, pérennes et inclusifs sont développés en faveur d’un grand nombre de petits producteurs, y compris les femmes et les jeunes, et de PME, et (ii) les OP et les PME développent des partenariats profitables et durables. Il permettra ainsi de contribuer aux ODD 1, 2, 5, 10 et 13.

En termes d’impacts, INCLUSIF contribuera à : (i) bancariser 440 000 petits producteurs et 360 organisations professionnelles agricoles à l’échelle de la zone d’intervention ; (ii) développer et pérenniser cinq produits financiers en épargne, crédit et micro-assurance ; (iii) développer avec les institutions financières rurales (IFR) un portefeuille de crédit rural d’au moins 20 milliards de francs CFA d’encours à la fin du projet ; (iv) mobiliser 5 milliards de francs CFA d’épargne auprès des petits déposants ; (v) renforcer les capacités de 36 000 petits producteurs dans les partenariats avec le secteur privé et augmenter les revenus d’au moins 22 000 petits producteurs dans les organisations et de 4 500 jeunes ruraux dans les activités génératrices de revenus et les microentreprises rurales ; et (vi) réaliser l’autonomie opérationnelle de 6 IFR.

Coûts du projet.
Les coûts totaux du projet, sur une période de 6 ans, y compris les provisions pour hausse des prix, s’élèvent à 58 milliards de FCFA, équivalent à 105,5 millions d’USD. Les provisions pour hausse des prix s’élèvent à environ 3 milliards de FCFA (5 millions de dollars EU). Les taxes y sont incluses pour un montant total de 3 millions d’USD.